Sur les routes du Costa Rica

Il m’aura fallu un bon mois pour vous partager cet article, mais il est enfin là ! Je vous avais laissé entendre dans mon dernier article que je me préparais un voyage … Pour ceux qui ne l’avait pas encore compris via les réseaux sociaux, je suis partie une semaine au Costa Rica avec Clémence et Pauline, mes deux colocs adorées !

Je ne raffole pas des voyages où nous restons dans un même lieu pendant tout une semaine, dans un hôtel ou un club vacances. Je vois plus mes voyages comme une occasion de découvrir le pays. J’avais donc proposé aux filles de construire ce voyage sur le modèle du road trip en choisissant quelques points précis du pays où nous souhaitions nous rendre. Nous avons donc tout préparé de A à Z comme des vraies pro (ce qui nous à valu de longues heures devant l’ordinateur à nous arracher les cheveux, on ne s’improvise pas voyagiste !). Nous avons donc planifié l’itinéraire suivant, booké nos vols, nos hébergements et notre location de voiture, packé notre sac à dos et avons décollé le 8 mai de Montréal.

IMG_7329

Sept heures de vol plus tard et une escale au Panama, nous voilà en terre Costaricaine, avec pour première mise en ambiance une belle bouffée de chaleur équatoriale qui nous accueille. Après avoir récupéré nos bagages, nous avons été conduit par une navette à la société de location de voiture pour récupérer notre 4X4 qui allait nous amener partout, tout au long de la semaine. Je me suis donc retrouvée au volant, après 6 mois sans conduire, en plein milieu de la capitale San José, en pleine nuit pour rejoindre notre premier hébergement. Je dois avouer que j’ai calé quelques fois et ai eu quelques sueurs froides mais j’ai finalement pris la voiture en mains pour arriver à bon port et passer une bonne nuit de repos avant de réellement démarrer l’aventure !

Capture d’écran 2016-06-19 à 19.17.58Capture d’écran 2016-06-19 à 19.18.24

Le confort de notre premier point d’hébergement était assez sommaire, mais c’est justement ce qui participait à faire le charme de ce voyage ! Les douches froides ne nous ont donc pas du tout dérangé ! Après cet arrêt express à San José, nous voilà en route vers La Pavona, parking sécurisé auquel nous allions laisser notre voiture pour une nuit, pour emprunter un bateau taxi et rejoindre un lopin de terre détaché du Costa Rica : « Tortuguero ».

Les 3H de routes jusqu’à ce point d’embarquement nous ont mis dans l’ambiance du voyage : végétation très dense sur les bas côtés, cyclistes et piétons qui ne tiennent clairement pas à leur vie, routes qui ne sont plus des routes et où rouler au delà de 25km/H devient compliqué … De quoi me donner quelques émotions au volant !

p

Pour la petite anecdote, nous avons marché du parking jusqu’au point d’embarquement du bateau taxi et le 4X4 qui se chargeait d’amener les bagages au bateau est quasiment tombé du chemin sur la rive à trop raser le bord pour nous laisser passer … Encore une belle petite frayeur !

Nous voilà donc bien sagement assise dans ces petits bateaux taxi pour 3H de navigation à cause du niveau de l’eau très bas en cette toute fin de saison sèche, contre 1 heure en pleine saison des pluies. Mais le spectacle de ce chemin en bateau en vaut clairement la chandelle, je pense que nous avons gardé les yeux écarquillés et aux aguets tout le long de cette petite promenade.

IMG_7445IMG_7430DSC00100 2DSC00105 2DSC00154

Après quelques difficultés qui ont obligé notre « matelot » à descendre dans l’eau pour faire avancer notre bateau, plusieurs lézard, singes, et caïmans croisés, nous voilà arrivées à Tortuguero, véritable havre de paix où les voitures ne sont que vague souvenir laissé sur le continent !

Un monsieur nous attendait avec une pancarte à notre nom pour nous accompagner jusqu’à notre deuxième hébergement, caché dans un petit jardin paradisiaque.

IMG_7462IMG_7481

Après avoir pris possession de notre « cabinas » dans ce beau jardin, nous nous sommes rendue sur la plage, à 300 m de notre logement. Autant vous dire que nous avons eu le souffle coupé par la beauté de la vue de cette mer des caraïbes que je découvrais pour la première fois. Nous nous sommes baignés jusqu’au soleil couchant dans une eau qui devait être aux alentours de 25 degrés ! Un vrai bonheur, loin de tout, qui fait un bien fou.

IMG_7469IMG_7471IMG_7476

Après ces deux heures passées sur la plage, à essayer de réaliser où nous nous trouvions et la chance que nous avions de vivre cet instant, nous sommes retournées à notre cabinas nous faire conseiller un endroit où diner. Nous sommes donc partie nous balader à travers le village pour nous rendre dans un petit restaurant où nous avons mangé un plat typique dont nous sommes devenues accroc toute la semaine : le « casado ». Il s’agit de riz mélangé à du lait de coco et des haricots rouges, de légumes variés cuit à l’eau, d’un peu de crudités, d’un poisson (péché directement sur une des plages de l’île) absolument délicieux et de bananes plantains cuites … Bref, un vrai régal !

img_7454

img_7458

img_7464

img_7466

14813678_10210974970641012_2033743268_n

En se baladant nous nous sommes rendu compte que Tortuguero est vraiment un tout petit village, où les seuls habitations sont des petites cabanes et maisons en bois, que tout le monde vit très simplement et très calmement. Complètement dans l’esprit « Pura Vida » bien spécifique à ce pays. Nous avons vraiment eu de la chance car nous sommes venu au début de la saison des pluies, période basse de la saison touristique ce qui nous a permis de vraiment s’imprégner de la culture et d’être dépaysées sans voir trop de touristes !

Le soleil se couche très tôt au Cista Rica, à 18H maximum il faisait nuit, mais le matin dès 4H le soleil pointe le bout de son nez. Nous nous sommes donc adaptées au rythme et nous sommes levées très tôt le lendemain matin. J’en ai profité pour aller faire un tour sur la plage au levé du soleil et apprécier le calme de l’île au seul son de la mer : un moment vraiment magique.

Nous avions réservé le petit déjeuner typique que proposait notre hôte : citronnade fraîche (l’idéal dans un pays aussi chaud), salade de papaye, ananas et bananes, oeufs brouillés et pain caribéen. Autant vous dire qu’après un petit déjeuner comme ça, on ne mangeait plus jusqu’au soir !

Nous n’avons pas pu rester la journée à Tortuguero car le niveau du court d’eau qui nous menait à cette île était tellement bas qu’ils n’organisaient que deux retours par jour, le matin à 5H ou à 7H. Nous avons donc choisi celui de 7H et avons été obligées de quitter ce petit coin de paradis plus tôt que prévu.

Nous voilà donc repartie sur notre bateau taxi, pour cette fois, quatre bonnes heures de galère ! Les agents avaient décider de charger le bateau au maximum, autant en personnes qu’en bagage, tout cela avec un niveau d’eau très bas et un moteur en piteux état … Ce qui devait arriver, arriva, nous avons eu au moins 3 grosses pannes ! À chacune d’elle notre guide a pris la (sage) décision de transférer des passagers dans un autre bateau qui passait par là. Nous avons donc pu arriver à bon port, en croisant un énorme alligator à 100 mètres de l’arrivée tranquille sur une plage … Je n’ai pas eu l’occasion de le photographier mais une chose est sûre, je m’en rappellerais longtemps !

dsc00144

Nous retrouvons notre voiture et continuons notre périple jusqu’à Puerto Viejo de Sarapiqui pour passer la soirée dans notre troisième point d’hébergement, au bord d’un joli « rio ». Nous avons eu un peu de mal à trouver mais avons fini par arriver à bon port, où nous avons eu la surprise de rencontrer Bertrand, français de notre âge en stage de fin d’étude à l’auberge que nous avions choisi pour la nuit ! Non content de rencontrer des françaises, il nous a tout de suite proposé de passer la fin d’après-midi et soirée avec lui.

Nous l’avons suivi pour une petit baignade au bord du rio de Sarapiqui, au soleil couchant une fois encore, vu l’heure à laquelle il se couche !

IMG_7507IMG_7509IMG_7517IMG_7518IMG_7523IMG_7531IMG_7534

Après cette fin d’après-midi au bord de l’eau nous sommes aller diner et avons passé la soirée sur la belle terrasse de l’auberge, à boire des bières costaricaines et à refaire le monde avec notre nouvel ami Bertrand !

DSC00160

Nous nous sommes levées à l’aube pour partir à la découverte du Volcan Poas et avoir la chance de voir son cratère sans nuage. Nous avons vite vu notre espoir diminuer quand nous avons constaté au loin qu’il y avait déjà des nuages sur le sommet … Après 2H de route bien sinueuse et toute en monté, c’est une belle surprise qui nous attendait au sommet.

img_7540 img_7547

img_7548

img_7554

img_7566

Finalement, les nuages étaient autour du cratère mais ne gâchaient pas le spectacle, nous avons vraiment eu de la chance car au moment où nous avons entrepris de redescendre, les nuages commençaient à cacher la vue ! Le spectacle était vraiment à couper le souffle, j’aurai facilement pu rester des heures à contempler le cratère et me sentir toute petite face à une telle vue. C’est un volcan avec une activité moyenne, qui n’a pas connu d’éruption de lave depuis octobre 2012 mais qui accueille un lac acide (ce que vous pouvez voir en blanc) aux vapeurs toxiques, c’est pourquoi nous ne pouvions pas nous approcher plus que cela du cratère.

Nous sommes ensuite redescendu du Volcan, direction un endroit phare du Costa Rica, la forêt Monteverde, autrement connu sous le nom de « Cloud Forest » (forêt dans les nuage) en référence à ses ponts suspendus.

C’est encore une belle aventure au volant de notre 4X4 qui nous attendait puisque nous avons dû gravir une montagne aux routes de cailloux et trous par centaines, avec de fort dénivelés et de beaux ravins sur le côté ! Mais nous sommes arrivés en un seul morceau dans un village refuge pour tous les randonneurs qui souhaitent se lancer à l’assaut de cette belle forêt : Santa Elena. Nous avions réservé dans une belle auberge de jeunesse à l’ambiance vraiment typique.

14741066_10210975050203001_1403780826_n

14805474_10210975050042997_715900348_n

Après avoir pris possession de notre chambre et nous être baladé un peu dans le village, nous sommes parties à la recherche d’un guide pour notre randonnée du lendemain. J’avais à la base prévu de le faire sans guide, mais une fois sur place nous avons eu un peu d’inquiétude de partir seules à l’aventure dans la forêt et avons décidé de changer de plan. Au détour d’une rue, un restaurateur nous a présenté John, un guide indépendant très sympathique avec qui nous avons pu discuter et prévoir notre ballade du lendemain. Il nous a rassuré sur notre plus grosse phobie : croiser les fameuses araignées bien connues du Costa Rica ! Nous nous sommes donc retrouvé le lendemain matin pour partir 3h en balade à travers le poumon du pays.

img_7569

img_7574

img_7575

img_7582

Notre guide est un passionné de la nature et connais cette forêt par coeur puisque sont grand père est l’un des premier à avoir investi pour protéger cette forêt, l’écouter parler et nous raconter l’histoire de cette forêt et des espèces qui la peuple était vraiment passionnant.

IMG_7610

Un joli Toucan vert nous à gratifié de sa présence toute proche pendant quelques minutes, une vraie star prenant la pose devant nos objectifs !

IMG_7620

Nous avons eu la chance d’apercevoir un Quetzal, qui selon notre guide, est un oiseau qui ne vit que dans cette forêt et qui se montre très rarement ! Il était assez loin mais grâce aux astuces de notre guide, j’ai pu prendre une photo en plaçant l’objectif de mon téléphone dans l’objectif du télescope qu’il avait avec lui (malin ce guide !).

14825543_10210975066323404_676964640_n

Je suis vraiment restée impressionnée par la hauteur des arbres et la densité de la végétation. Le paysage autour de nous était magnifique et le bruit de la forêt apaisant.

img_7648

img_7651

img_7654

img_7625

Après presque 3h à la découverte des différentes espèces de la forêt, nous avons quitté notre guide pour nous rendre vers les fameux ponts suspendus de la forêt. L’image du pays que j’avais vu sur internet en amont qui me faisait le plus rêver !

cropped-IMG_7705.jpg

IMG_7709IMG_7716IMG_7728

Des images de nature plein la tête, nous avons repris les routes du Costa Rica pour nous diriger sur la côte Pacific afin de clôturer cette belle aventure. Nous avons donc rejoins les bords de plage de Manuel Antonio et sommes arrivées de nuit donc n’avons pas profité du spectacle de l’océan le soir mais le son des vagues nous a accompagné pendant notre repas. Nous logions face au parc national et nous avons donc pu entendre le singe hurler toute la nuit : dépaysement garanti ! C’est le lendemain matin que nous avons pu apprécier que notre logement ce trouvait à nouveau dans un beau jardin, à 100 mètres de la plage !

14794107_10210975089243977_2108971781_n

14804716_10210975088003946_788848488_n

Ici vous pouvez voir le super 4X4 qui nous a accompagné pour parcourir près de 1000 km pendant notre semaine !

IMG_7759

Nous avons passé la journée à profiter de la côte, de la plage, des palmiers, du soleil, des belles vagues car notre visite du parc national Manuel Antonio ne s’est finalement pas faîtes suite à une expérience assez amère en essayant de rejoindre l’entrée du parc. Nous avons finalement décidé que nous serions tout aussi bien à profiter un peu de notre dernière journée de cette manière.

IMG_7735IMG_7747IMG_7749IMG_7755IMG_7750IMG_7765IMG_7777IMG_7781

C’est ainsi que nous avons terminé notre séjour, reprenant la route de San José pour reprendre l’avion direction Montréal, puis 2 jours plus tard, je l’ai repris de mon côté pour rentrer en France … Je ressort de ce voyage vraiment ravie, nous en avons pris plein la vue, avons vraiment été dépaysées et avons vécu notre petite aventure comme nous l’avions imaginé !

N’étant plus à Montréal, je ne vais plus écrire très souvent ici, mais je souhaite garder ce blog pour écrire un article à chacun de mes voyages, car si il y a bien une chose que ces 6 mois et demi en terre québécoise m’ont apporté, c’est l’envie de voyager et de découvrir le monde. Le Costa Rica était donc une première étape à ce rêve, qui se réalisera au fil des années et des voyages !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *